INFOS LGBT

 

 

 

 

 

 

 

 

16/09/2022

Belgrade : Les LGBTQ maintiennent l’Europride malgré l’interdiction du gouvernement serbe

Désobéissance civile. Ce vendredi, les représentants de la communauté LGBTQ ont annoncé qu’ils défileraient samedi à Belgrade sur un parcours raccourci malgré l’interdiction de la marche de l’Europride par les autorités serbes.

La Serbie, pays candidat à l’Union européenne, est soumise à d’intenses pressions internationales depuis qu’elle a interdit le défilé, point d’orgue de l’Europride, un événement paneuropéen qui se tient chaque année dans un pays différent.

« Nous avons été acculés dans une situation où nous n’avons pas le choix. Malgré l’interdiction, nous allons nous rassembler », a déclaré à la presse Goran Miletic, l’un des organisateurs de la Belgrade Pride.

Les organisateurs ont présenté une pétition au gouvernement serbe ayant rassemblé près de 30.000 signatures selon eux.

 

21/08/2022

Variole du singe : des associations pressent le gouvernement d'accélérer la vaccination

Des associations de lutte contre les discriminations LGBT+ appellent le gouvernement à accélérer la vaccination contre la variole du singe afin que l'ensemble du public cible soit protégé avant fin septembre, jugeant que l'on est actuellement loin du compte.

“Au rythme actuel, toutes les personnes éligibles” seront vaccinées seulement “fin décembre, et avec une seule dose“, déclarent dans un communiqué ces associations, dont Act-Up Paris, AIDES, Sidaction, l’ENIPSE, l’Inter-LGBT, les Séropotes et le syndicat des travailleurs du sexe STRASS, mobilisées dans la prévention contre cette maladie depuis le début de l’épidémie. L’épidémie sera alors “hors de contrôle”, ajoutent-elles.

Pour éviter un tel scénario, “il faut que toutes les personnes cibles soient vaccinées pour la fin de l’été (…) soit dans les six prochaines semaines”, ce qui reviendrait à vacciner “au moins 37.000 personnes par semaine”, expliquent les associations.

15/08/2022

La mission du défenseur des droits des minorités LGBTQI+ auprès des Nations unies est maintenue

Le défenseur des droits des minorités LGBTQI+ auprès des Nations unies a obtenu de justesse le renouvellement de son mandat, malgré la lutte acharnée d'un groupe de pays musulmans dans toutes les arènes onusiennes. Sa mission, créée en 2016, a été renouvelée la semaine dernière à Genève par le Conseil des droits l'Homme, pour trois ans supplémentaires.

La protection des droits des minorités sexuelles et de genre fait régulièrement débat à l'ONU, en raison de l'opposition acharnée de certains pays qui remettent en cause l'existence des concepts d'orientation sexuelle et d'identité de genre, pointées comme contraires à leurs valeurs traditionnelles et comme un obstacle à l'universalité des droits humains. 

04/08/2022

Un « ambassadeur aux droits LGBT+ » sera « nommé avant la fin de l’année » en France

Quarante  ans après la dépénalisation de l'homosexualité en France, un pas de plus va être franchi pour les droits LGBT+. La Première ministre, Elisabeth Borne, a annoncé jeudi qu’un « ambassadeur aux droits LGBT+ » serait nommé « avant la fin de l’année ».

Cet ambassadeur « coordonnera l’action du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères pour la protection contre les discriminations et la promotion des droits LGBT+ et portera la voix de la France », a indiqué Elisabeth Borne, notamment pour défendre « la dépénalisation universelle de l’homosexualité et de la transidentité ».

Trois millions pour ouvrir des centres

En visite dans le centre LGBT+ (lesbien, gay, bi, trans) d’Orléans, elle a également annoncé « la création d’un fonds de trois millions d’euros pour créer dix nouveaux centres LGBT+ », en plus des 35 existants. L’objectif est qu’il y en ait au moins deux dans chaque région de l’Hexagone et un au moins dans chaque région d’outre-mer.

04/08/2022

Il y a quarante ans, la France « dépénalisait » l’homosexualité

Le 4 août 1982, la France abolissait une loi de Vichy définissant une majorité sexuelle différente pour les personnes homosexuelles et permettant de les condamner plus aisément. Quarante ans plus tard, une proposition de loi sera déposée pour accorder des réparations aux personnes condamnées.

Pour marquer cet anniversaire, le président de la République a publié un communiqué om il rappelle :

"Aujourd’hui, nous nous souvenons de cette injustice, des souffrances qu’elle a infligées. Je pense à tous ceux qui étaient entravés dans leur liberté, leurs amours, qui furent arrêtés, jugés, sanctionnés. La Nation n’oublie pas.

Et je veux rendre hommage au Président François Mitterrand, à Pierre Mauroy qui était Premier ministre, à Robert Badinter, alors ministre de la Justice, à Gisèle Halimi, avocate et militante des droits humains, qui ont eu le courage, la ténacité et, au fond, l’humanisme d’abroger cette disposition inique du code pénal, triste héritage d’une législation du régime de Vichy.

« Cette discrimination et cette répression sont incompatibles avec les principes d’un grand pays de liberté comme le nôtre ». Les mots de Robert Badinter nous guident encore, jusqu’à aujourd’hui."

03/08/2022

« Chair tendre » : l’adolescence d’une personne intersexe racontée dans la nouvelle série de France·tvslash

« Chair tendre », la nouvelle série de France·tv slash, dresse le portrait de Sasha, une adolescente intersexe qui navigue entre les genres et tente de se réapproprier son corps. On est tous et toutes passé par là. L’adolescence. Ce moment où le corps change, où les désirs naissent, où l’identité s’interroge. Pour Sasha, 17 ans, presque 18, l’adolescence est le moment d’une quête de soi, parfois difficile mais toujours nécessaire.

Arrivée dans une nouvelle école, suite à un déménagement imposé par le travail de son père, elle essaye, tant bien que mal, de s’intégrer parmi ses pairs. Pour ce faire, elle tente de « faire disparaître le monstre ».

Le monstre, c’est son corps. Un corps mutilé à la naissance car jugé non-conforme. Le corps d’une personne intersexe qui ne rentre dans aucune case, aucune norme, aucune catégorie.

Mais comment vivre son adolescence, le moment où précisément les injonctions à être dans la norme sont les plus fortes, en étant dans la marge, en étant hors de la norme ?

Sasha est la nouvelle du lycée, elle ne laisse personne indifférent. Sasha est née intersexué. Jusqu’à l’été dernier, elle était un garçon. Elle a un an pour découvrir qui elle est et pour choisir si elle va se faire opérer à la fin de l’année.

17/07/2022

Variole du singe : où se faire vacciner en France contre le monkeypox ?

Après avoir lancé la campagne vaccinale contre la variole du singe (monkeypox) à Paris, la direction générale de la santé a ouvert 56 centres dans le reste de la France.

Les cas de variole du singe sont majoritairement diagnostiqués à Paris et en Île-de-France, mais le reste de la France n'est pas épargné. Dans son dernier décompte au 12 juillet, Santé publique France annonce que sur 912 cas confirmés de contamination, 343 l'ont été hors région parisienne. La région Grand Est en compte 18. Dans ce contexte, la direction générale de la santé (DGS) a annoncé l'ouverture de nouveaux centres de vaccination partout en France.

Pour la Lorraine, le centre de vaccination est à Nancy. Il ouvre le 18 juillet 2022.

CeGIDD du CHU de Nancy-Brabois

 

12/06/2022

Marches des fiertés LGBT+ : jamais aussi nombreuses qu'en 2022

Il faut croire que l’isolement qui nous a été imposé par la pandémie a provoqué une brusque envie de visibilité chez les personnes LGBT+ car, cette année, le nombre de manifestations d’expression de fierté et d’affirmation explose. On n’a jamais vu autant de Pride, Gaypride, Lesbian & Gaypride et autre Marche des Fiertés organisées en France. Des envies de montrer à toutes et tous qu’on existe ont vu le jour non plus seulement dans les grandes métropoles, mais aussi dans les villes à la population plus réduite. A quand une Pride par département ?

Le 4 juin, c'était Nancy qui vibrait aux sons de la Gaypride. Le 18 juin, ce sera Metz.

 

27/05/2022

Variole du singe: "Non, ce n'est pas une maladie des homosexuels" met en garde un épidémiologiste

Si l'Agence britannique de santé évoque une contamination "disproportionnée" à la variole du singe chez la population homosexuelle, l'un de ses experts rappelle qu'il ne s'agit aucunement d'une maladie sexuellement transmissible. Il met aussi en garde contre les risques de stigmatisation qui pourraient, aussi, donner de mauvais signaux à d'autres communautés.

Connue essentiellement dans le centre et l'ouest de l'Afrique, la variole du singe (autrement appelée le monkeypox) s'est imposée dans le paysage, ces derniers jours, à la faveur de sa propagation dans une vingtaine de pays d'Europe et aux Etats-Unis.  Les experts sont formels: le monkeypox n'est pas "une maladie sexuellement transmissible" et "elle ne suggère en rien l'orientation sexuelle de quelqu'un".

Au total, 200 cas suspects ou confirmés ont été recensés et cette maladie, qui ne circulait pas jusqu'à présent, interroge. En France, Santé Publique France rappelle, "qu'à ce stade, les cas rapportés en Europe sont majoritairement bénins, et il n’y a pas de décès signalé". SPF appelle aussi "les malades à respecter un isolement pendant toute la durée de la maladie (jusqu’à disparition des dernières croûtes, le plus souvent 3 semaines)."

 

18/05/2022

Des assurances plus chères pour les trans ?

Le Défenseur des droits a fait état de "problématiques de majoration ou de refus d'assurance", qui peuvent dans le cas de l'assurance emprunteur avoir des répercussions sur l'obtention d'un crédit immobilier.

Le motif de la majoration” est “une dysphorie de genre avec antécédent de vaginoplastie” et “un traitement hormonal”. Concrètement, selon ce courrier, si Alexis doit payer son assurance décès plus cher, c’est parce qu’elle est trans.

Après s’être installée comme avocate, Alexis est contactée par un agent général d’Axa et décide de souscrire un contrat d’assurance pour la protéger, notamment en cas de maladie ou d’invalidité.

Mais après le passage de son dossier en commission médicale, elle reçoit une proposition de contrat amendée, avec un montant de cotisations 50 % plus cher, et demande le motif.

“Je n’ai pas été surprise (de la réponse) parce que je m’y attendais, mais je ne pensais pas que ce serait aussi mal rédigé et que ce serait aussi typé”, raconte-t-elle à l’AFP.

L’assureur a mis en avant la “dysphorie de genre” et le “traitement hormonal substitutif”, qui n’occasionnent pourtant pas de risque de surmortalité. “Là, j’ai compris que c’était totalement de la discrimination”, dit Alexis, qui a ensuite publié le courrier sur les réseaux sociaux.

2703/2022

"Flee", le périple d'un jeune gay afghan fuyant son pays natal pour se réfugier au Danemark

En course pour trois Oscars dimanche soir, le documentaire animé danois Flee a voulu rendre “un visage humain” aux migrant·es et rappeler qu’être réfugié·e “n’est pas une identité”, explique son réalisateur dans un entretien à l’AFP.

Périple d’un jeune gay afghan fuyant les troubles de son pays natal pour le Danemark, le film arrive sous les projecteurs de la cérémonie américaine alors que des millions d’Ukrainiens sont aujourd’hui sur les routes de l’exode, avec une porte européenne beaucoup plus ouverte que pour d’autres migrants.

“J’espère vraiment que l’on peut donner de la nuance et de la perspective (…) et montrer qu’être réfugié n’est pas une identité, c’est une circonstance de la vie”, explique Jonas Poher Rasmussen.

 

20/03/2022

“Moneyboys”, un très beau film sur la prostitution masculine en Chine

Pour son premier film, le réalisateur chinois C.B. Yi nous conduit à la rencontre de Fei, un jeune homme qui se prostitue à la fois pour aider sa famille et pour s’émanciper… “Si tu vends ton corps, tout le monde te méprisera.” Nichée au cœur du beau premier film du réalisateur chinois C.B. Yi, cette réplique est comme une blessure toujours à vif pour son héros, Fei. Car Fei est un moneyboy, un garçon qui a quitté son village natal pour la grande ville où il se prostitue afin d’aider financièrement sa famille. Dans cette nouvelle vie, il rencontre des solidarités inattendues, de l’entraide, l’amour peut-être, mais aussi la violence de certains clients, les répressions policières dans un pays où l’homosexualité est officiellement tolérée mais la prostitution interdite… 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20/02/2022

Plus de 7% des adultes américains (USA) s'identifient comme LGBT

La proportion d'adultes américains s'identifiant comme LGBT a atteint 7,1% aux Etats-Unis, un nombre qui a doublé depuis 2012 et démontre un changement générationnel, selon l'institut de sondage Gallup qui a publié ces données le 17 février.

Parmi les 12.000 Américain·es ayant été interrogé·es par téléphone en 2021, 86,3 % ont dit être hétérosexuel·les, 7,1 % LGBT, et 6,6 % n’ont pas fourni de réponse.

Ce sondage avait été mené pour la première fois en 2012, et le pourcentage de personnes s’identifiant comme LGBT était alors de 3,5 %. Il a augmenté de façon régulière depuis.

Les personnes LGBT sont proportionnellement plus nombreuses au sein des générations plus jeunes, notamment au sein de la génération Z, qui comprend les personnes nées à partir de 1997 et jusqu’au début des années 2010.

Ainsi, 20,8 % – ou un sur cinq – des adultes de la génération Z s’identifiaient comme LGBT (seul·es ceux né·es jusqu’en 2003 étaient adultes au moment du sondage).